Bruxelles se livre(s)

Bruxelles à l'honneur!

Pour sa 5ème édition, Bruxelles se livre(s) s'installe au Brussels Creative Forum :

Venez découvrir TOUS LES LIVRES publiés sur Bruxelles!
Livres, dédicaces, rencontres avec les auteurs, débats, balades dans Bruxelles.. à découvrir sans modération!

 

 

 

Vendredi 2 septembre

 

14h: Peur sur les boulevards par Kate Milie - 180° éditions

Le tout nouveau piétonnier a déjà son polar!

Bruxelles, en plein été, des SDF sont froidement assassinés sur le tout nouveau piétonnier. Des actes inquiétants se succèdent les uns après les autres : sanglant jeu de pistes sur fond de symbolique franc-maçonne, dégradation de la fontaine Anspach, tentative de « désenvoûtement » de la Senne…

Des boulevards du centre voués à devenir le plus grand piétonnier d’Europe aux rives du canal en pleine revitalisation, Marie, la pétillante guide de “L’assassin aime l’Art Déco”, se retrouve plongée dans une étrange enquête mêlant meurtres et ésotérisme.

L’auteure a choisi, cette fois, de mettre en valeur le cœur vibrant de la ville, des lieux associés à la folie des grandeurs du XIXème siècle, une magnifique architecture éclectique, des souvenirs haussmanniens, des ravages urbanistiques, la Senne disparue …et un immense piétonnier décrié

«Peur sur les boulevards» est le troisième polar de Kate Milie consacré à Bruxelles. Ce sera aussi l’occasion de parler “Bruxelles et le polar”, une tendance qui s’affirme de plus en plus pour le plus grand plaisir des lecteurs.

 

 

14h30: Bruxelles. De 1830 à nos jours par Eric Demarbaix - Racine

Promenades au coeur de la ville. De 1830 à l'Expo 58, les Bruxellois connurent de multiples travaux qui transformèrent une ville de province en capitale de l'Europe.

De nouveaux quartiers furent créés, d'autres furent modernisés. La Senne disparut sous terre au profit de boulevards haussmanniens alors que Bruxelles vit son ancien port intérieur déménager au profit d'un nouveau port de mer. Pour rendre la justice, tout un quartier populaire disparut à tout jamais et la ville fut coupée en deux pour relier le Nord au Midi par voie ferrée.

Au fil de sept nouvelles promenades, voici l'occasion de (re)découvrir l'histoire moderne de notre capitale à travers des chroniques et anecdotes souvent ignorées du promeneur que nous sommes tous.

Nous aurons donc le plaisir de recevoir Eric Demarbaix qui nous expliquera, avec sa gouaille habituelle, nombre d’anecdotes historiques sur notre belle ville!

Les photographies sont de Myriam Pardoen.  

 

 

15h: Les plus belles balades à vélo par André Van der Elst – Racine

12 boucles en famille à Bruxelles. Ce guide de balades à vélo propose d'explorer à la fois les espaces verts et les lieux touristiques de Bruxelles et de ses 19 communes.

Grâce au vélo, vous découvrirez le plateau du Heysel avec l'Atomium, la basilique de Koekelberg, le quartier populaire des Marolles, Manneken Pis, la Grand-Place, les fresques BD, les cités-jardins, le canal, les écluses ou la Senne et bien d'autres richesses du patrimoine bruxellois. Les circuits permettent également d'explorer les parcs, les bois et réserves naturelles, les étangs, roselières, moulins à vent... et privilégiant la sécurité et la convivialité grâce aux pistes cyclables, aux rues tranquilles et au sentiers.

Les balades sont conçues en boucle et à la portée de tous, la plupart d'entre elles font moins de 20 km et permettent au cycliste occasionnel ou au touriste d'un jour de voir Bruxelles autrement.

 

 

15h30: Sex in the city: les lieux de plaisir à Bruxelles par Gonzague Pluvinage – Musée de la Ville de Bruxelles

À l’instar de toutes les activités humaines, le sexe a lui aussi une histoire. Le nouvel Historia Bruxellae intitulé Sex in the city, les lieux du plaisir à Bruxelles du 19e siècle à la révolution sexuelle retrace celle connue et souvent moins connue, parfois même insoupçonnée, des lieux de prostitution, de sexe et de plaisir à Bruxelles.

Au 19e siècle, le mariage hétérosexuel et monogame à but reproductif s’inscrit comme l’institution de régulation sexuelle, morale et idéologique permettant l’harmonie du corps social. L’unique lieu où le sexe est totalement acceptable est le lit conjugal et toute manifestation de la sexualité dans la sphère publique reste par principe illégitime et susceptible d’une réaction sociale, voire d’une réaction juridique. Pourtant, à mesure que le siècle avance, les lieux de drague et de consommation sexuelle dans la sphère publique bruxelloise se multiplient et se diversifient en conséquence de l’urbanisation croissante et de l’évolution des modes de vie : maisons closes, estaminets, promenades, rues, parcs et jardins, toilettes publiques, mais aussi sex-shops, saunas, cinémas et autres endroits insolites sont investis pour des rapports sexuels tarifés ou non. Par nécessité ou par goût, la sexualité continue donc à se vivre aussi en dehors de la sphère privée.

 

 

17h: Rimbaud et Bruxelles par Jean-Baptiste Baronian et Rony Demaeseneer

Tiré du "Dictionnaire Rimbaud" sous la direction de Jean-Baptiste Baronian, avec 36 collaborateurs - Robert Laffont; Coll. Bouquins

Jean-Baptiste Baronian a dirigé la composition de ce livre de référence consacré à Rimbaud. Poète préféré des Français, Arthur Rimbaud est aussi l’un de ceux sur lesquels on a le plus écrit. On ne compte plus les livres, brochures, articles qui ont été consacrés depuis la fin du XIXe siècle à cet « esprit impétueux », selon la formule de son ami Paul Verlaine. Mais dans ce flot ininterrompu de commentaires, controverses et interprétations que sa vie et son oeuvre n’ont cessé de susciter, il n’existait à ce jour aucun ouvrage de cette ampleur.

Une somme dont l’ambition est d’explorer le mythe rimbaldien sous tous ses aspects, de faire le tri entre vérités et légendes au sujet d’un homme dont le génie, la traversée fulgurante demeurent à bien des égards énigmatiques et ne cessent de nous fasciner. Ce Dictionnaire permet d’approcher au plus près le poète dans sa vie intime comme dans ses écrits, d’en savoir davantage sur les personnes qui l’ont accompagné, les auteurs qui l’ont influencé, les lieux qui ont jalonné son itinéraire d’errances et d’aventures. Dont BRUXELLES, bien entendu.

 

 

Samedi 3 septembre

 

10h30: Un siècle de mensonges par Jean-Louis Aerts - 180° éditions

Jeune journaliste de 33 ans, Marylou est engagée par un richissime vieillard américain, pour lui écrire sa biographie. Le contrat à peine signé, elle se rend compte qu'elle se fait manipuler. Trop tard, le piège se referme inexorablement sur elle.

Le compte à rebours est déclenché : il lui reste moins de deux ans pour comprendre les enjeux dont elle est l'objet. Débute alors un véritable bras de fer entre deux êtres que tout semble opposer. De New York à Syracuse, en passant par Bruxelles, Marylou sera forcée de remonter le passé jusqu’en 1907 et d’ouvrir la boîte de Pandore.

L’auteur nous livre un roman captivant dès la première page, dans lequel il distille, au fil des 35 chapitres, les pièces d’un puzzle qu’on prend plaisir à reconstituer. Au final, une intrigue palpitante qui nous replonge dans quelques évènements marquants du XXème siècle. Et évidemment, une grosse partie de l’intrigue de ce thriller psychologique se déroule à Bruxelles! Pourquoi? C’est ce que nous expliquera notamment Jean-Louis Aerts.

 

 

 

11h: Ancienne Belgique: une salle de légende par Johan Ral – Renaissance du Livre

C'est au cœur de la ville, juste au-dessus d'une ligne de métro qui transporte chaque jour des milliers de personne sur la jonction Nord-Midi, que se dresse l'une des salles les plus mythiques de Bruxelles : l'Ancienne Belgique. Résonnant au son du rock, de la pop, du jazz, mais aussi des musiques les plus contemporaines (rap, soul, dance, reggae), quelque 300 concerts y sont organisés chaque année.

L'AB accueille aussi bien des jeunes artistes de talent que des pointures internationales, des artistes belges comme étrangers. Du cabaret des années 1930 à la salle occupée par les Allemands durant la guerre, des yé-yé au punk en passant par la new wave, de Charles Aznavour à Zap Mama, en passant par Brel, Brassens, Trenet, Piaf, Johnny Hallyday, David Bowie, Lou Reed ou plus récemment Puggy, Johan Ral plonge avec délectation dans l'histoire de ce temple de tous temps dédié au divertissement.

Abondamment illustrée (et certaines photos sont inédites), cette bible de l'AB devrait ravir tous les fans de musique éclectique !

 

 

11h30: Lancement du Prix Marguerite Van de Wiele, par Myriam Watthee-Delmotte, Présidente de l’Association Charles Plisnier

L'Association Charles Plisnier pour la création et la promotion francophones (ACP) est un organisme créé en 1954 après le décès de Charles Plisnier (1896-1952), premier écrivain belge distingué par l'Académie Goncourt. Elle a pour mission de promouvoir la francophonie, langue et cultures.

L'ACP édite trimestriellement la revue Francophonie vivante, qui livre des articles en relation avec les domaines de la francophonie : langue, littérature, art, histoire, traditions populaires, langues régionales. Chaque numéro comprend un dossier thématique, des varia, des recensions de parutions et d'évènements. En 2016, le numéro double mars-juin portait sur "Bruxelles en quartiers" et un numéro spécial vient de sortir sur "Bruxelles, diversité culturelle". Il reprend les exposés qui ont été présentés lors de deux journées co-organisées avec la Maison de la Francité. Ils sont escortés de textes du poète-slameur Manza et de photographies de Mark Laapåge.

L'ACP délivre plusieurs Prix à la création. Bruxelles se livre(s) sera l'occasion de lancer le Prix Marguerite Van de Wiele, qui sera décerné l'an prochain à une créatrice sur le thème des "femmes dans l'immigration".

 

 

12h: Présentation de la Foire du livre belge par Jacqueline Rousseaux, Présidente du Centre culturel d’Uccle.

Présentation de la Foire du Livre Belge  du w-e des 18, 19 et 20 novembre 2016 par Jacqueline Rousseaux, Présidente de la Foire et présidente du Centre Culturel d’Uccle. Cette 14e édition aura pour thème : « Le Sens », décliné de toutes les manières. Elle se tiendra dans tous les espaces du Centre Culturel d’Uccle, 47 Rue Rouge à 1180 Bruxelles.

Stands d’éditeurs belges. Interviews d’auteurs belges. Dédicaces. Débats. La rentrée littéraire belge « en live ». Pour tous les âges et tous les goûts.

Entrée gratuite. Infos (en octobre ) sur www.ccu.be.

 

13h: Saint-Gilles, huit siècles d’histoire(s) par Charles Picqué. Présentation et interview par Saturnin Munoz Gomez – Éditions Mardaga

Commune de la Région de Bruxelles-Capitale, Saint-Gilles a toujours été une zone de passage. Paroisse dédiée à saint Gilles en 1216, le village d’Obbrussel (Haut-Bruxelles) est traversé pendant des siècles par les marchands et les brigands, les rois et leurs armées, mais aussi par les épidémies. Au XIXe siècle, la Révolution industrielle s’installe à Saint-Gilles, avec la gare du Midi, les usines, l’urbanisation intense, l’Art nouveau et… l’Union. Ce siècle est porté par l’idée du Progrès, adoptée avec enthousiasme par les autorités communales : développement de l’enseignement, distribution bon marché du gaz et de l’électricité, diffusion de l’art et de la culture, dont l’hôtel de ville reste un emblème prestigieux.

Le XXe siècle voit le développement d’une ville où se mêlent espaces de liberté et fractures sociales. Alors Saint-Gilles se transforme, se rénove et adapte ses pratiques pour permettre aujourd’hui à 50 000 personnes, de 140 nationalités différentes, de vivre ensemble dans un joyeux melting pot. Comme l’écrit Marc Didden, « les rues portent des noms de partout : rue de Moscou, rue du Monténégro, rue d’Écosse, rue d’Espagne, rue du Portugal, rue du Danemark et rue de Bosnie, comme si ceux qui les avaient ainsi nommées il y a plus de cent ans savaient déjà que le monde entier se rassemblerait un jour à Saint-Gilles ».

De 1216 à 2016, 800 ans d’histoire[s] d’un village devenu ville, racontés tant dans les grandes lignes que par petites touches, avec une iconographie abondante et souvent originale.

Sous la direction de Pierre Dejemeppe.

 

 

14h: « New(s) » CFC-Éditions par Christine De Naeyer, Directrice de CFC Éditions, suivi de Bruxelles inédit en 3 livres, présenté par leurs auteurs respectifs

Créée en 1987, à l'initiative de la Commission française de la Culture de l'Agglomération de Bruxelles (actuelle Commission communautaire française / COCOF), CFC-Éditions a, dès l’origine, Bruxelles pour vocation première. Sont aujourd’hui privilégiés :

l’histoire et le patrimoine, passé et présent, de la Ville, en privilégiant des aspects inattendus et des sujets inédits ; les scènes créatives émergentes : avec des moyens complémentaires, spécifiquement dédiés depuis 2016, sur décision de la Ministre-Présidente du Gouvernement francophone bruxellois en charge de la Culture, Fadila Laanan ; les partenariats avec d’autres acteurs culturels bruxellois.

 

Pour illustrer ses propos, CFC Éditions vous présente 3 livres :

- Being Urban, pour l’art dans la ville. Bruxelles. Par Pauline de la Boulaye et Adrien Grimmeau

Un ouvrage collectif sous la direction de Pauline de La Boulaye et Adrien Grimmeau - Collection « essais » de CFC-Éditions, coédition l’ISELP

Le laboratoire pour l’art dans la ville Being Urban s’est déroulé à Bruxelles en mai et juin 2015. Elle a réuni des artistes et des acteurs de la ville, ainsi que des habitants autour d’une inquiétude commune : la place de l’humain dans notre devenir urbain. Les textes que regroupe ce recueil ont été écrits suite au laboratoire. Ils partent de points de vue d’artistes, de responsables publics, d’experts, pour défricher des pistes d’actions concrètes à Bruxelles, alors qu’aucun programme d’art public cohérent n’existe dans la capitale. L’art soutenu dans ce livre est créateur d’espaces de liberté, activateur de liens humains, magiques, cathartiques, porteur de dissensus, d’interrogations, d’ouverture. L’ouvrage retrace ainsi l’évolution de l’urbanisme et de l’art public à Bruxelles depuis 2000. Il valorise des projets récents reliant artistes, habitants et structures, soucieux du devenir urbain collectif, et donne des outils pour le renouveau de l’art dans la ville.

Un enjeu vital dans le contexte actuel.

 

 

- En avant-première: BXL UNIVERSEL. Un portrait subjectif - Een subjectief portret - A Subjective Portrait, par Carine Fol et Eric Corijn

Ouvrage collectif sous la direction de Carine Fol - Collection « essais » de CFC-Éditions. A l’occasion des 10 ans de la Centrale for contemporary art.

Parution: mi-octobre 2016.

Un portrait subjectif, singulier et intuitif de Bruxelles se dessine dans cet ouvrage dont le point de départ est une œuvre insolite, la Weltmaschine de Franz Gsellmann, paysan autrichien qui construisit sa machine du monde après avoir découvert l’Atomium lors de l’Exposition universelle de 1958. Ce livre offre une approche foisonnante qui permet de cerner la diversité et la singularité de la capitale européenne. Rassemblant textes d’auteurs, reproductions d’œuvres et documents d’archives, cette publication propose des visions personnelles de la cité dont l’emblème, depuis le XVIIe siècle, est… le « Manneken-Pis ». Une ville de contrastes, cosmopolite et polyglotte qui révèle tout autant un esprit surréaliste et n’a de cesse de remettre en question.

 

- En avant-première: Le Bruxelles des révolutionnaires. De 1830 à nos jours. Par Anne Morelli, Frédérique Bianchi, Jacques Gillen et Adrien Grimmeau 

Ouvrage collectif sous la direction d’Anne Morelli - Collection « regards sur la ville » de CFC-Éditions

Parution: mi-novembre 2016

Bruxelles est actuellement la ville du monde où se déroulent le plus de manifestations : de toute l'Europe les mécontents de la « politique de Bruxelles » y convergent. Ces manifestants seraient bien étonnés de découvrir que cette ville n'est pas seulement cette capitale décisionnelle de l'Europe mais un lieu où de nombreux révolutionnaires ont résidé (comme Marx) ou sont passés (comme Lénine). Bruxelles porte aujourd’hui les traces des cultures subversives qui s’y sont succédé, des communards exilés aux artistes du street art.

Le livre s'interroge sur les espaces et les lieux qui, au fil des ans, ont accueilli des révolutionnaires ­­­– belges et étrangers – et leurs activités. Il met aussi en relief les interactions entre la géographie sociale de Bruxelles et la pratique politique transgressive.

 

 

16h30: Présentation de PEN Belgique par Geneviève Damas et Jean Jauniaux.

Geneviève Damas sera l’invitée de Jean Jauniaux autour des enjeux de PEN Belgique. Geneviève Damas est lauréate du Prix Rossel et du Prix des 5 Continents, mais aussi et bien sûr membre de PEN Belgique! Elle évoquera ses engagements d’écrivain, de comédienne, de metteuse en scène, mais aussi de poète qui revient de l’île de Lampedusa…

Jean Jauniaux est écrivain, chroniqueur littéraire (sur la webradio espace-livres.be ), rédacteur en chef de la revue Marginales, nouvelliste (lauréat de l’Académie) et romancier. En janvier 2016 il a été élu président de Pen BELGIQUE.

Tout au long de “Bruxelles se livre(s)”, une table accueillera des écrivains et éditeurs membres de Pen Belgique. On y annonce déjà : Gérard Adam, Alain Dartevelle, Florence Richter, Anne Richter, Jean-Baptiste Baronian, Jean Jauniaux, Elise Bussière, Geneviève Damas…

 

Je désire participer